Actualisé: 19 avril 2024
Nom: Kabanov Aleksandr Alekseyevich
Date de naissance: 16 août 1960
Situation actuelle: Accusé
Article du Code pénal russe: 282.2 (2)
Temps passé en prison: 1 jour dans un centre de détention provisoire

Biographie

Le 26 décembre 2019, des agents des forces de l’ordre ont mené une série de perquisitions au domicile de croyants à Zelenogorsk, dans le territoire de Krasnoïarsk, à l’issue desquelles au moins 8 personnes ont été interrogées. Aleksandr Kabanov a passé la journée dans le centre de détention provisoire. Que savons-nous de lui ?

Alexander est né en août 1960 dans la ville de Kansk. Les parents ne sont plus en vie. Il a un frère et une sœur. Enfant, il aimait skier l’hiver et pêcher l’été. Après avoir obtenu son diplôme, il a trouvé un emploi dans une chaufferie et y a travaillé pendant 12 ans. Aujourd’hui, il travaille en tant qu’opérateur de nettoyage complexe du territoire.

Après la mort de la mère d’Alexandre, des questions ont commencé à tourmenter : qu’arrive-t-il à une personne lorsqu’elle meurt ? Est-il en enfer ? Pourquoi Dieu permet-il la souffrance ? Il a trouvé des réponses à ces questions importantes dans la vie, ainsi que du réconfort et de l’espoir, dans la Bible. Il décida de devenir chrétien et de vivre selon ce qui est écrit dans ce livre sage.

Plus tard, il a déménagé dans la ville de Zaozerny, puis dans l’unité administrative et territoriale fermée de Zelenogorsk. Célibataire. Il y a des enfants adultes qui ont déjà leur propre famille.

Bien que la famille d’Aleksandr ne partage pas ses convictions, elle estime que les poursuites pénales qu’il a engagées en raison de sa foi sont une erreur juridique malheureuse qui doit être corrigée dès que possible.

Historique de l’affaire

Le Sibérien Aleksandr Kabanov a fait l’objet de poursuites pénales pour avoir cru en Dieu à la fin du mois de décembre 2019. Ensuite, une série de perquisitions a eu lieu dans les maisons des Témoins de Jéhovah à Zelenogorsk. Le croyant a passé une journée derrière les barreaux, après quoi il a été relâché. Il a été accusé d’avoir « tenu des réunions religieuses hebdomadaires, distribué des […] l’attitude et l’implication de nouveaux adhérents », ce que l’enquêteur du Comité d’enquête a assimilé à la participation aux activités d’une organisation extrémiste. L’affaire est pendante devant les tribunaux depuis février 2021. Le résultat du premier procès a été un verdict de culpabilité - 2 ans avec sursis. Cependant, l’appel a annulé cette décision et renvoyé l’affaire devant le procureur. Un nouveau procès s’est ouvert en juin 2023 et s’est terminé par un nouveau renvoi de l’affaire au parquet. Cette fois-ci, la cour d’appel n’était pas d’accord avec une telle décision - l’affaire a été renvoyée pour un autre examen devant le tribunal de la ville.