Le cas de Komissarova à Tolyatti

Historique de l’affaire

Tôt le matin de septembre 2023, Galina Komissarova, une habitante de Tolyatti, a été réveillée par un fort coup frappé à la porte. Des agents de la commission d’enquête, qui sont venus voir la femme pour la fouiller, lui ont dit qu’une procédure pénale avait été ouverte contre elle pour avoir participé à des offices de culte des Témoins de Jéhovah. Après la fouille, Komissarova a été emmenée pour interrogatoire, après quoi elle a obtenu un accord d’engagement. En raison du stress vécu, Galina a été hospitalisée pour une crise d’hypertension. En octobre 2023, l’affaire a été portée devant les tribunaux. Le procureur a requis 4 ans de détention dans une colonie pénitentiaire. Le tribunal a condamné le retraité à 2 ans de prison avec sursis.

  • #
    7 septembre 2023 Dossier initié 282.2 (2) Âgé

    L’enquêteur de la Direction d’enquête du Comité d’enquête pour la région de Samara, N. G. Sysoeva, a décidé d’engager des poursuites pénales contre Galina Komissarova, 62 ans, « pour participation aux activités d’une association religieuse ».

  • #
    8 septembre 2023 Rechercher Interrogatoire Contrat d’engagement

    Tôt le matin, quatre employés du Comité d’enquête procèdent à une perquisition dans l’appartement de Galina Komissarova. Ensuite, la femme est interrogée au bureau local du Comité d’enquête. L’enquêtrice Sysoeva se demande si Galina connaît Aleksandr Chagan. Le croyant reçoit un engagement écrit de ne pas quitter les lieux.

  • #
    19 septembre 2023 282.2 (2)

    L’enquêtrice Sysoeva accuse Galina Komissarova du fait qu’elle « du 1er mars 2020 au 30 septembre 2022, des dates et des heures plus exactes n’ont pas été établies par l’enquête, se trouvant dans un lieu non identifié sur le territoire de la ville de Tolyatti, dans la région de Samara, en utilisant des mesures de conspiration, y compris en utilisant une application de communication vidéo ... a pris une part active sous la forme d’un culte religieux collectif, consistant en une étude et une discussion cohérentes de la littérature religieuse des Témoins de Jéhovah. »

  • #
    30 octobre 2023 L’affaire a été portée devant les tribunaux

    Arbitre : Elena Laskina. Tribunal central de district de Togliatti (Togliatti, rue Belorusskaya, 16, salle 405). Heure : 14:15.

  • #
    18 décembre 2023 Audience devant une juridiction de première instance Âgé

    La première audience dans l’affaire Galina Komissarova. 5 personnes sont autorisées à entrer dans la salle d’audience. L’accusé présente plusieurs requêtes, dont trois sont satisfaites par le tribunal : pour une connaissance plus approfondie des pièces du dossier, pour l’admission de preuves de la défense, pour se familiariser avec le protocole. La croyante explique qu’elle veut se familiariser avec les matériaux de l’affaire, car ils ne contiennent pas un certain disque, auquel l’expert se réfère dans sa conclusion.

    Le procureur annonce l’accusation, la croyante exprime son attitude à son égard.

  • #
    12 janvier 2024 Audience devant une juridiction de première instance Interrogatoire Témoin secret

    L’accusation interroge le spécialiste technique Y. Lazarev. Il explique que le programme Zoom est un service de visioconférence, son utilisation en Russie n’est pas interdite. Accepte que l’utilisation d’un nom fictif lors d’une visioconférence puisse être considérée comme une protection des données personnelles.

    Le témoin secret I. I. Ivanov, qui a enregistré des enregistrements vidéo des services divins et remis les disques à l’enquêteur, est interrogé par liaison audio. Il dit que des chants, des prières et des discours bibliques ont été entendus lors de ces réunions. D’une manière générale, il décrit les Témoins de Jéhovah comme des personnes sympathiques et Galina Komissarova comme une femme réfléchie et attentive. Ivanov rapporte qu’il n’a entendu aucune déclaration extrémiste de la part de l’accusé, y compris des appels à saper les fondements de l’ordre constitutionnel, à rompre les relations familiales et à refuser une intervention médicale.

    Ivanov n’est pas en mesure de préciser quelles actions des Témoins de Jéhovah il considère comme illégales. À beaucoup d’autres questions sur le travail des Témoins de Jéhovah, il répond : " Je ne suis pas un expert. »

  • #
    5 février 2024 Audience devant une juridiction de première instance Interrogatoire

    17 personnes se présentent au palais de justice, 8 d’entre elles sont autorisées à assister à l’audience.

    Le témoin de l’accusation M. K. Kokhalskaya, qui avait déjà assisté à des offices par liaison vidéo et les avait filmés avec la caméra d’un téléphone, est interrogé. Elle dit n’avoir entendu aucune déclaration extrémiste de la part de Galina Komissarova.

  • #
    27 février 2024 Audience devant une juridiction de première instance Interrogatoire Etudes d’experts avec violations

    La juge Elena Laskina lit les conclusions de l’examen approfondi des enregistrements vidéo des services. L’un des auteurs des examens, Kirill Kirushin, est interrogé. Galina Komissarova demande à l’expert pourquoi il a conclu que « des sources de nature extrémiste interdites sur le territoire de la Fédération de Russie » ont été promues pendant le service. L’expert répond qu’il a tiré ces formulations de l’intrigue rédigée par l’enquêteur lors de la convocation d’un examen médico-légal.

  • #
    12 mars 2024 Audience devant une juridiction de première instance

    La lecture des pièces du dossier se poursuit : requêtes aux fins d’admission d’éléments de preuve de la défense, y compris un article sur les Témoins de Jéhovah tiré du livre de référence du dictionnaire « Religions of Russia » d’Ekaterina Elbakyan ; les résultats d’une étude sociologique sur la communauté moscovite des Témoins de Jéhovah « La famille et la Bible », ainsi que des extraits des livres des érudits religieux Nikolaï Gordienko et Sergueï Ivanenko. Le juge fait droit à la demande de visionnement de l’enregistrement du culte.

  • #
    2 avril 2024 Audience devant une juridiction de première instance Âgé

    L’expert Lenar Galiev ne comparaît pas à l’audience. Le procureur propose de lire les conclusions de l’interrogatoire, mais la défense insiste pour interroger personnellement Galiyev en raison du fait que son interrogatoire est la base de l’accusation.

    La défenderesse Komissarova demande la saisie de documents attestant qu’elle n’était pas membre de l’ORL de Togliatti, concernant sa situation financière et son état de santé. La juge Elena Laskina a accueilli la requête.

  • #
    2 mai 2024 Audience devant une juridiction de première instance Âgé

    Galina Komissarova soumet deux pétitions. Dans la première, elle demande au tribunal d’obliger le procureur de la République à expliquer les circonstances à prouver : « Maintenant, les pièces du dossier ont été examinées, les témoins ont été interrogés, mais je ne sais toujours pas exactement ce que mes paroles ou mes actions sont interprétées par l’accusation comme extrémistes. Par conséquent, je ne peux pas me défendre efficacement devant le tribunal, car je ne comprends pas contre quoi je dois me défendre. Le juge rejette la requête.

    Le défendeur demande également la restitution des biens personnels saisis à la suite de la perquisition : une webcam, un routeur Wi-Fi, un téléphone, une tablette et des cartes flash. L’accusé explique que l’accusation ne les a pas demandés pour interrogatoire pendant les procès.

  • #
    30 mai 2024 Audience devant une juridiction de première instance Interrogatoire Etudes d’experts avec violations Âgé

    Interrogatoire de l’érudit religieux L. M. Galiyev par vidéoconférence. Le juge lit les conclusions de trois examens effectués par Galiev. L’accusée Komissarova attire l’attention du tribunal sur le manque d’éducation nécessaire de l’expert. Pendant l’interrogatoire, Galiev évite souvent de répondre à de nombreuses questions de l’accusé et ne voit pas la différence entre la religion et l’entité juridique.

    Galiev a également déclaré qu’il n’était pas confronté à la question de l’identification des signes d’extrémisme parmi les participants au service, parmi lesquels Komissarova. Cependant, il le mentionne dans son rapport et admet qu’il ne faisait que répéter le libellé de l’enquêteur.

  • #
    17 juin 2024 Audience devant une juridiction de première instance Âgé Interrogatoire Publications d’érudits religieux

    Avec l’autorisation du juge, Galina Komissarova lit des extraits des publications de deux érudits religieux, Nikolaï Gordienko et Sergueï Ivanenko, et les commente. La croyante raconte également comment la connaissance biblique l’a aidée à élever ses propres enfants.

  • #
    8 juillet 2024 Déclaration finale Peine prononcée en première instance Sursis 282.2 (2) Âgé Dans la salle d’audience

    « Les motifs de toutes mes actions sont dictés par le désir de confesser ma foi, d’essayer de montrer mon amour pour Dieu et pour les gens », a déclaré Galina Komissarova dans sa dernière déclaration.